Apprentissage Alternance

proposer un contrat
Septembre 2013 Ouverture

Job dating
2013-2014
témoignages
2014-2015
témoignages
2015-2016
témoignages
2016-2017
témoignages


2016-2017_petit

La quatrième année de formation par apprentissage à l’IUT Mesures Physiques de Châtellerault s’est déroulée avec 7 Apprentis :
Benoît ; Antoine ; Eléa ; Nathan ; Julie ; Théo et Fabian.

Ils ont répondu aux questions suivantes :
Quelle est l’entreprise qui vous a accueillis pour votre alternance et quelle est sa localisation ?

- Benoît :

CNPE de Civaux (EDF)

- Antoine :

Saint Jean Industries Poitou à Ingrandes/Vienne

- Eléa :

J'ai été accueillie par l'entreprise Mécafi à Châtellerault.

- Nathan :

Direction Générale de l'Armement - Essais en vol Site de Cazaux.

- Julie :

Zodiac Aero Electric à Niort (Chauray) dans le service métrologique.

- Théo :

Magneti Marelli Châtellerault

- Fabian :

Ciments Calcia à Airvault dans les Deux-Sèvres

Quelle est votre mission et quelles sont vos responsabilités dans l’entreprise ?

- Benoît :

Développer un outil de calcul palliatif à un automate de surveillance de paramètres physiques. Optimisation des outils informatique.

- Antoine :

Mission principale : Optimisation étalonnage des moyens de contrôles. Responsabilités : Gestion du parc d'instruments de mesures.

- Eléa :

Je réalise diverses missions dans le cadre de la gestion des moyens de contrôle et je suis actuellement la responsable d'un des sites de Châtellerault.

- Nathan :

Trajectographie d'une chute de munition. Conception de cible de caractérisation d'équipements aéroportés.

- Julie :

Je fais divers étalonnages et vérifications d'instruments de mesures. J'ai également été chargée d'automatiser une procédure de vérification d'oscilloscope.

- Théo :

J'ai dans un premier temps accompagné mon tuteur dans ses missions quotidiennes (demandes de métrologie, mesures de vérification sur des équipement) puis j'ai participé à une nouvelle organisation dans le service métrologie, donc un travail plus dans la qualité.

- Fabian :

J'ai été embauché au sein du service Maintenance électrique où j'ai commencé par réaliser en équipe différentes opérations de maintenances et dépannage afin de mieux appréhender la fabrication du ciment. Puis, j'ai réalisé différents projets dans le but d'améliorer les installations.

Quelle est votre poursuite de parcours professionnel envisagée, après obtention du Diplôme Universitaire de Technologie Mesures Physiques ?

- Benoît :

Embauche à EDF ou vie active.

- Antoine :

Ecole d'Ingénieur spécialité Aéronautique et Spatial au CNAM en coopération avec l'ENSMA à côté du Futuroscope (en apprentissage)

- Eléa :

Je poursuis mes études en école d'ingénieur à l'EIGSI-La Rochelle en apprentissage.

- Nathan :

École d'ingénieur généraliste en apprentissage (EIGSI-La Rochelle)

- Julie :

Je postule à une école d'ingénieurs dans les énergies renouvelables. Sinon j'irai en licence 3 météorolgie et astrophysique à Tarbes.

- Théo :

INSA Centre val de Loire en Energie, Risques, Environnement à Bourges (alternance)

- Fabian :

Je poursuis ensuite mes études au sein de l'INSA Rennes en conception et développements de technologies innovantes, qui est spécialisé en électronique. Je réaliserai cette formation en apprentissage au sein de la DGA de Rennes.

Si vous recherchez un apprentis, faites nous parvenir votre proposition sous forme de Fichier.
Le département Mesures Physiques de Châtellerault propose:
Un contrat d'un an pour étudiants en deuxième année.
Des apprentis formés en métrologie et en qualité.
La possibilité d'organiser un job dating pour recruter votre apprenti
Modèle de fiche de proposition :format PDF --- Word(2010)


Vous pouvez nous retourner la fiche complétée :
envoyer proposition contrat


Ou remplir directement votre demande ci dessous:
Proposition de contrat d'apprentissage




logo_alter_petit

Septembre 2013 : ouverture de la formation Mesures Physiques par alternance.

Afin de répondre à la demande des entreprises qui cherchent des techniciens Mesures Physiques, le département a reçu toutes les autorisations pour ouvrir une section par Alternance.
L’alternance est proposée durant les Semestres 3 et 4.
Obtenez, avec un clic, les réponses aux questions les plus fréquemment rencontrées. N’hésitez pas à nous contacter pour avoir plus de précisions.

Quels sont les avantages de faire un IUT par apprentissage ?
- Permettre l’acquisition rapide de compétences opérationnelles.
- Garantir un diplôme Mesures Physiques reconnu nationalement.
- Avoir une véritable première expérience professionnelle.
- Evoluer dans un environnement professionnel permet de gagner en maturité.
- Être rémunéré
Quel est le statut d’un apprenti ?
- L’apprenti est salarié de son entreprise d’accueil :

il bénéficie d’une assurance sociale,
il cotise pour la retraite,
il a des congés payés,
il travaille 35h/semaine,
il est rémunéré entre 41% et 78% du SMIC(en fonction de l’âge).

- l’apprenti est étudiant à l’Université de Poitiers :

il a une carte étudiant,
il peut utiliser la bibliothèque,
il a accés aux restaurants universitaires...

Quels sont les critères pour postuler ?
- Avoir une idée précise de son projet professionnel.
- être déterminé et motivé.
- Avoir validé l’équivalent d’un S1 et S2 d’un département Mesures Physiques.
- Avoir une entreprise d’accueil.
Postuler pour devenir apprenti, pourquoi pas ?
- Tout le monde n’est pas fait pour l’alternance, posez vous les questions :

* "Suis-je suffisamment autonome ?"
* "Ai-je envie de renoncer à certains aspects de la vie d’étudiant pour m’investir dans une entreprise ?"

Quand doit-on rechercher un contrat ? Comment s’y prendre ?
- Il faut s’y prendre dès Mars-Avril pour une rentrée sereine en septembre.

- La recherche du contrat s’apparente à la recherche d’un emploi :

Il faut envoyer CV et lettre de motivation aux entreprises répondant à votre projet.

- L’IUT Mesures Physiques accompagne les étudiants dans leur démarche :

* aide pour la rédaction du CV et de la lettre de motivation
* conseils pour se présenter à l’entretien
* envoi d’un courrier à toutes les entreprises ayant accueilli un stagiaire ou un apprenti
* affichage de toutes les propositions qui lui parviennent.

Quel est le calendrier proposé par Mesures Physiques Châtellerault ?
- le cursus débute la dernière semaine d’août par une semaine en entreprise.
- Il se poursuit par une alternance 4 ou 5 semaines à l’IUT puis 4 ou 5 semaines en entreprise jusqu’en juin
- Les mois de juillet et Août sont consacrés à l’entreprise.
Quelle est la proportion d’apprentis par rapport aux étudiants en formation initiale ?
- Environ un tiers de la promotion de deuxième année à ce jour


G_LeClech

Guillaume Le Clech, 18 ans, candidat à l’apprentissage en 2ème année du DUT Mesures Physiques.

Qu’est-ce qui vous a motivé à faire ce DUT Mesures Physiques ?

Très jeune j’étais passionné d’aéronautique, c’est ce qui m’a poussé à intégrer le lycée de l’Armée de l’air à Grenoble pour effectuer un bac S sciences de l’ingénieur. Toutefois, je ne me voyais pas devenir militaire à la sortie du lycée. Mon objectif était, avant d’enfiler peut-être un jour l’uniforme, de faire des études supérieures en suivant un cursus civil.

J’ai opté pour le DUT Mesures Physiques car c’est une formation qui allie aussi bien les mathématiques et la physique, deux matières que j’aime particulièrement. En outre, cette formation est généraliste ce qui ouvre de nombreuses perspectives professionnelles pour la suite avec des opportunités intéressantes dans les domaines de l’aéronautique notamment ou de l’automobile, autre secteur qui m’attire également.

Pourquoi avoir opté pour l’apprentissage ?

Je ne m’y serais pas forcément inscrit naturellement dès la première année, si cela avait été le cas. Mais après avoir pris connaissance de ce principe d’enseignement, j’ai été conquis. Le fait de pouvoir combiner les études tout en ayant un pied dans le monde du travail permet ainsi une meilleure perception de la réalité du terrain et du monde de l’entreprise tout en enrichissant son CV.

Les connaissances théoriques abordées en cours vont prendre tout leur sens par une application concrète. Aussi, lorsque l’IUT a proposé de pouvoir s’inscrire en apprentissage à partir de la deuxième année, j’ai dit banco !

J’ai conscience que cela va me demander plus de travail mais le jeu en vaut la chandelle car durant cette année je vais acquérir des compétences et des aptitudes en matière d’autonomie et de maturité qui sont recherchées par les entreprises.

Comment avez-vous appréhendé cette journée job-dating ?

Le principe est très intéressant car en une après-midi et une soirée il est possible de rencontrer sur un même lieu plusieurs entreprises. Ce qui évite de nombreuses démarches souvent fastidieuses, et par ce biais, nous avons un rapport direct avec les personnes susceptibles de nous encadrer. Il est donc déjà possible de se faire une première idée sur l’entreprise et présager si ça pourra coller, en terme relationnel, avec ces dernières.

Cette deuxième année est décisive pour notre avenir, il ne faut pas se louper. Donc, rien ne sert de se précipiter.

Autre intérêt de cette journée : nous avons participé à des ateliers pour apprendre à nous présenter, à effectuer un entretien, c’est un vrai plus pour la suite de notre recherche d’une entreprise d’accueil.

D_Gomer

Dominique Gomer, responsable du laboratoire Essai de l’entreprise Leach International sur le site de Niort. Entreprise qui évolue dans le domaine des composants de commutation pour l’aéronautique et le ferroviaire.

Qu’est-ce qui a incité l’entreprise Leach International à s’engager dans l’apprentissage ?

Leach International a depuis longtemps une politique d’insertion des jeunes diplômés par l’accueil de stagiaires ou d’apprentis. L’accompagnement à la formation s’inscrit véritablement dans la démarche sociale de l’entreprise. Chaque année le site de Niort, qui compte 250 salariés, intègre 4 ou 5 apprentis du niveau technicien à ingénieur. Ce n’est pas par philanthropie, nous considérons que nous avons autant à apporter à l’étudiant que celui-ci peut nous apporter, nous sommes vraiment dans une logique d’échange.

Pour le jeune, c’est l’opportunité d’intégrer une équipe, de toucher du doigt la réalité de l’entreprise mais aussi d’être formé à un métier plus qu’à un diplôme. Pour nous, la présence de ces étudiants contribue à apporter une vision différente sur l’entreprise. Ils bousculent nos habitudes, ce qui permet de faire évoluer la structure.

Est-ce que le niveau DUT correspond à vos attentes d’un point de vue des compétences ? Et quelles sont les aptitudes que vous attendez des étudiants ?

L’enseignement offert par ce DUT est en parfaite adéquation avec les compétences attendues dans l’entreprise. Il y a de vraies attentes sur ce niveau d’étude mais nous avons réellement du mal à trouver des diplômés car bon nombre d’entre eux prennent l’option de poursuivre leur formation.

Le fait que ce DUT s’ouvre en 2ème année à l’apprentissage est plutôt une bonne chose. Les étudiants auront déjà un bagage universitaire dans le domaine de l’électrotechnique et l’électromécanique, ils seront donc plus opérationnels, ce qui nous donnera la possibilité de les faire monter progressivement en autonomie. Notre but est de faire en sorte qu’il trouve un vrai intérêt à ce qu’ils font avec dans l’optique pourquoi pas de les intégrer au sein de la structure. Ce n’est pas systématique, mais entre notre site et celui basé dans l’Est de la France, qui compte plus de 600 personnes, il peut y avoir de bonnes opportunités.

En ce qui concerne les aptitudes attendues, la priorité est la motivation. D’ailleurs, je vous avouerais que je ne regarde pas le dossier de l’étudiant. Ce qui m’importe, est qu’il est envie de venir chez nous. Le savoir-être est également essentiel car nous travaillons en équipe.

Que pensez-vous de l’initiative, speed-dating, proposée par le CFA et l’IUT de l’Université de Poitiers ?

C’est une bonne formule parce qu’il y a un contact direct avec l’étudiant. Parfois, une poignée de main en dit beaucoup sur la personne. C’est aussi l’occasion de pouvoir présenter l’entreprise. Les attentes doivent être dans les deux sens. Certes, il faut que le futur apprenti nous séduise, mais nous devons également nous mettre en position de lui plaire.

Suite à cette soirée, j’ai déjà quelques candidats potentiels. Je serais amené à les inviter chez Leach international afin qu’ils aient une meilleure vision du lieu où ils seraient susceptibles d’évoluer pendant un an.

JM_Landet

Jean-Marc Landet, responsable apprentissage du DUT Mesures Physiques du site de Châtellerault.

Pourquoi avoir ouvert cette formation à l’apprentissage ? Et pourquoi seulement en deuxième année ?

Le DUT Mesures Physiques forme des spécialistes très recherchés dans l’industrie pour leur polyvalence et leur adaptabilité. Les étudiants sont formés aux techniques de mesure, de traitement du signal et des données, ainsi qu’à la caractérisation des matériaux, ce qui leur donne accès aux métiers de la métrologie, de l’instrumentation, du contrôle physico-chimique et du contrôle qualité.

Malgré les attentes fortes des entreprises, 90 % des étudiants poursuivent dans des études supérieures, ce qui n’est théoriquement pas la finalité de cette formation. Nous nous retrouvons donc devant une situation où les entreprises se trouvent en pénurie de techniciens formés dans ce domaine. Ouvrir la formation à l’apprentissage permettra, j’espère, de répondre à leurs urgences.

Par ce biais, nous espérons alors attirer des étudiants soucieux de s’insérer rapidement dans le monde de l’entreprise. Etant une formation généraliste, il n’est pas toujours évident pour un jeune d’avoir une vision claire sur les opportunités offertes par cette formation. Avec l’apprentissage, ils ont un an pour mieux appréhender leur métier et évaluer les opportunités d’évolution au sein des entreprises.

Le fait d’ouvrir pour le moment en deuxième année nous permet d’identifier les étudiants intéressés par l’apprentissage et ainsi de les accompagner dans leurs démarches de recherche d’un maître d’apprentissage. Il y a aussi un avantage pour l’entreprise : les étudiants ont déjà un bagage universitaire, ils seront donc assez vite opérationnels.

Comment va s’organiser l’apprentissage ? Et quels sont les débouchés ?

Pour cette première année, nous prévoyons une dizaine de places en apprentissage pour une vingtaine en formation initiale. Il y a eu un gros travail de préparation car notre souhait est d’offrir le maximum de cours communs, apprentis- étudiants de formation initiale, de façon à créer une dynamique et que tous profitent des retours d’expériences en entreprise de chaque apprenti.

Les entreprises partenaires sont principalement locales et évoluent en majorité dans le domaine de l’aéronautique, de l’automobile, de l’armement ou encore de l’énergie comme Federal Mogul, Leach International, EDF Civaux, Dassault Mérignac, DCNS…

Pour ce qui est des débouchés, les étudiants n’ont aucun souci à se faire sachant qu’il y a une vraie attente des secteurs professionnels pour ce type de technicien. Il n’est pas rare qu’après des stages, les étudiants aient des propositions d’embauches. Ce sera d’autant plus vrai après un an d’apprentissage.

Que pensez-vous de cette soirée job-dating ?

Pour les étudiants, c’est une bonne opportunité de rencontrer des industriels et de créer un premier contact. Cette soirée constitue une échéance qui leur permet de se préparer assez tôt à la recherche d’un maître d’apprentissage même s’ils ont jusqu’à la rentrée de septembre pour signer un contrat avec une entreprise.

Si vraiment, ils ne trouvaient pas, ils ont de toute façon la possibilité de s’inscrire en formation initiale.

La première année de formation par apprentissage à l’IUT Mesures Physiques de Châtellerault s’est déroulée avec 4 Apprentis :
Guillaume ; Korentin ; Victor et William.

Ils ont répondu aux questions suivantes :
Quelle est l’entreprise qui vous a accueillis pour votre alternance et quelle est sa localisation ?

- Guillaume :

Magneti-Marelli Châtellerault

- Korentin :

EDF Centrale Nucléaire de Production Electricité Chinon

- Victor :

Magneti Marelli, Châtellerault

- William :

Leach International, Niort 79000

Quelle est votre modalité de logement entre entreprise et IUT ?

- Guillaume :

Je suis en appartement universitaire sur Châtellerault.

- Korentin :

Je loge chez mon père lors de mes périodes en entreprise puisqu’il y habite à 20km, cependant le CNPE de Chinon propose des appartements aux apprentis pour un loyer de 15 euros par mois. Mon loyer à Châtellerault m’est remboursé.

- Victor :

Je loge chez mes parents.

- William :

Je loge chez mes parents lorsque je suis en entreprise (30 km de l’entreprise). Lorsque je suis à l’IUT, je loge chez l’habitant.

Quelle est votre mission et quelles sont vos responsabilités dans l’entreprise ?

- Guillaume :

Je suis apprenti au service Qualité-métrologie de la partie usine de l’entreprise. J’ai eu 2 missions principales à traiter. L’une sur la mise en place d’un nouvel instrument de mesure et l’autre sur la création d’un fichier de suivi sur des caractéristiques à surveiller pour les produits de l’entreprise. J’ai été amené à réaliser des mesures en tant que métrologue et à présenter mon travail en organisant des réunions.

- Korentin :

Technicien d’essai, travail en équipe, réalisations d’essais périodiques et fortuits, étude de puissance, bilan thermique, étude de rendement, suivi neutronique. Nous manipulons différentes grandeurs, tension, intensité, pression, température, débits hydrauliques ou aérauliques… Nous gérons également nos envois de matériels au labo de métrologie afin d’avoir du matériel aussi précis que possible et que nos études soient au maximum réelles.

- Victor :

Centre R&D, laboratoire qualité. Mise en place d’une norme ISO pour plusieurs laboratoires. Beaucoup d’activités variées (Etalonnages, Mise en place de nouvelles méthodes de mesures et d’essais).

- William :

Technicien d’essais et technicien en métrologie. Je vérifie tous le matériel de l’entreprise (appareils électriques, outils mécaniques) en général chaque année à l’aide de matériel référent étalonné dans un laboratoire extérieur. On réalise des essais demandés par le bureau d’étude pour la qualification de produits, ou tout simplement à la demande de clients.

Comment se déroule votre scolarité par rapport au Semestre 2 en formation initiale ?

- Guillaume :

Au début du semestre j’ai trouvé que le rythme était plus soutenu mais je me suis vite adapté au fil de l’année.

- Korentin :

Le travail n’est pas plus difficile ni plus facile. Il faut cependant savoir faire des liaisons entre les deux, se servir de ses connaissances de l’entreprise pour les cours et inversement. Je pense que l’apprentissage est même plus bénéfique que la formation initiale, puisque une année de ce type vous apporte une expérience professionnelle très recherchée par des écoles supérieures ou des futures entreprises.

- Victor :

Il faut arriver à se remettre rapidement dans les cours ou dans le projet au travail. Les cours deviennent des outils qui aident pour le travail. Nous sommes plus intéressés. Le niveau ne semble pas être plus difficile.

- William :

Le travail est sensiblement le même, il faut juste savoir s’adapter entre le monde du travail et l’IUT. Les notes ne changent pas vraiment, et le travail à fournir n’est pas plus important, puisqu’on rattrape les cours quand les étudiants en formation initiale sont en stage.

Quelle est votre poursuite de parcours professionnel envisagée, après obtention du Diplôme Universitaite de Technologie Mesures Physiques ?

- Guillaume :

Je souhaite faire une école d’ingénieur en mécanique par la voie de l’apprentissage.

- Korentin :

Une fois que j’aurais mon diplôme je compte arrêter mes études pour m’insérer dans le monde du travail, chez EDF si tout va bien.

- Victor :

Je poursuis les études en école d’ingénieur, toujours en alternance, avec l’ITII au CNAM à Châtellerault.

- William :

Je stoppe les études. L’entreprise dans laquelle j’ai fait mon apprentissage m’embauche en CDD par la suite.

2014-2015_petit

La deuxième année de formation par apprentissage à l’IUT Mesures Physiques de Châtellerault s’est déroulée avec 9 Apprentis :
Adrien ; Marc ; Kévin ; William ; Luc ; Mathias ; Emmanuel; Maxime et Malika .

Ils ont répondu aux questions suivantes :
Quelle est l’entreprise qui vous a accueillis pour votre alternance et quelle est sa localisation ?

- Adrien :

Centrale nucléaire de Civaux (EDF)

- Marc :

Centrale nucléaire de Civaux (EDF)

- Kévin :

Apprenti dans les laboratoires qualité de la Cimenterie Lafarge Ciments à La Couronne 16000

- William :

Laiterie de Montaigu 85000

- Luc :

LEACH INTERNATIONAL Niort 79000

- Mathias :

Je suis apprenti technicien ESSAIS à la centrale nucléaire de la ville de Chinon. Je suis donc à EDF.

- Emmanuel :

Je suis apprenti au service Essai de l'usine de Fenwick-Linde Manutention située à Cenon-sur-Vienne et chargé de deux missions principales, mais parfois de tâches annexes.

- Maxime :

Je suis apprenti au service Maintenance Industrielle de THALES AVIONICS situé à Châtellerault La Brelandière.

- Malika :

Je suis en apprentissage à Ford Aquitaine Industries à Blanquefort 33000.

Quelle est votre mission et quelles sont vos responsabilités dans l’entreprise ?

- Adrien :

Une de mes missions est de mettre en service une nouvelle sonde qui mesure le pH, la conductivité, l'oxygène dissous et la température. Cette sonde sera utilisée pour faire la vérification et l'étalonnage d'automates. D'autres missions m'ont été données comme faire le suivi métrologique des masses étalon et des balances.

- Marc :

L'intitulé du projet est: "étude et pose d'une instrumentation pour déterminer l'origine physique des coups de bélier présent sur le système de purge des générateurs de vapeur". Durant les premières périodes en entreprise, j'ai participé à plusieurs formations. J'ai également suivi les techniciens lors de leurs interventions, ce qui m'a permis de mieux connaître le fonctionnement du service IAE et de la centrale nucléaire.

- Kévin :

Je réalise des études visant à résoudre des problèmes rencontrés dans le laboratoire. Ainsi que le réglage ou l'étalonnage de certains appareils; Voir la modification des protocoles. Je réalise aussi des études visant à trouver des méthodes d'analyses plus rapides sur la production.

- William :

Ma mission était de trouver un analyseur proche-infrarouge pour analyser de la poudre de lait. J'ai pu effectuer des essais sur des appareils de prêt et rencontrer des fournisseurs. Après l'achat de l'appareil, j'ai pu écrire des procédures d'utilisation et des enregistrements de contrôle. Quand je n'avançais pas sur ce projet je pouvais suivre les missions d'un métrologue dans le secteur alimentaire, c’est-à-dire faire des contrôles de sondes pt100, de pH-mètres, de balances…

- Luc :

Durant la première partie de l'année, j'ai fait principalement de l'étalonnage d'instruments (multimètres, tournevis dynamométriques). Durant la seconde moitié de l'année, j'ai réalisé des essais sur des contacteurs : essais électriques (1000 ampères dans le contact durant 35 millisecondes 20 000 fois) et essais mécaniques (20 000 cycles d'ouverture / fermeture du contact principal.

- Mathias :

Je dispose de très peu de responsabilités compte tenu de l'importance du bon déroulement des essais que mon service est chargé de réaliser. Il faut donc être habilité. Pour ma mission, je dois trouver un moyen de faciliter le dépouillement d'un essai qu'effectue mon service. Je dois donc faire des recherches et bien connaitre l'essai afin de trouver des logiciels ou du nouveau matériel qui donnera un gain de temps non négligeable aux techniciens. Cette mission m'est spécifique, sinon je suis amené à faire du brasage, assemblage ou encore aider à la réalisation des essais.

- Emmanuel :

La première consiste en la réalisation de modifications du T16L, un transpalette à levage auxiliaire d'une capacité de 800 kg à 1,6 tonne. Le but est de réduire le bruit émis en roulage à 60dB afin d'obtenir la certification PIEK, mandatée par la société Cemafroid. Un grand nombre de livraisons sont effectuées de nuit, ce certificat est valorisant pour la plupart des clients travaillant dans ce secteur d'activité et leur facilite législativement la mise en place de lignes logistiques nocturnes, tout en apportant un confort sonore aux livreurs comme au voisinage endormi.
J'ai un statut équivalent à celui d'un technicien. Je suis le référent pour les éléments relevés durant certaines expertises ou sur des composants passés en tests d'endurance, effectués sur bancs d'essai, dont j'ai rédigé le rapport.

- Maxime :

Ma mission principale est de rénover un banc d'essai climatique qui permet de tester des cartes électroniques destinées à aller dans des missile/avions/lanceurs spatiaux. J'ai également pour rôle d'assister et de réaliser des actions de maintenance préventive (prévention de panne) et curative (réparation de dysfonctionnements) sur l'ensemble du site.

- Malika :

Ma mission principale est de mettre en place des procédures et des instructions de travail, afin de répondre au besoin de l'entreprise Ford. Mon but est de faire, que tous les métrologues réalisent le contrôle de pièces de la même façon.

Comment se déroule votre scolarité par rapport au Semestre 2 en formation initiale ?

- Adrien :

C'est totalement différent, le rythme "1 mois - 1 mois" entre les cours et la centrale est vraiment différent. En un mois en entreprise, on a le temps de perdre les habitudes de l'IUT (travailler !).

- Marc :

Le premier retour à l'I.U.T. a été un peu difficile, mais on s'adapte assez rapidement au rythme "1 mois en entreprise, 1 mois à l'école".

- Kévin :

C'est un rythme totalement diffèrent qu'il faut prendre en mains, mais cela ne pose aucuns problèmes sur les études.

- William :

Le rythme en cours et en entreprise est très différent, je ne ressens pas de gêne particulière.

- Luc :

La première fois que l'on revient d'un cycle en entreprise, on a du mal à se remettre au travail, mais une fois que l'on s'est dit : "Je veux ce diplôme, j'aime ce que je fais à l'entreprise!" tout va mieux.

- Mathias :

Les profs disent souvent que l'apprentissage nous prépare à rentrer dans la vie active directement après l'IUT, et qu'il est dur de revenir étudier. Mais on peut voir qu'il n'y a personne de la classe qui éprouve de graves difficultés à revenir en cours après une période d'apprentissage. C'est totalement différent et on trouve des avantages et des inconvénients que ce soit en allant en entreprise ou en revenant en session de cours.

- Emmanuel :

Le rythme est différent, on perd un peu pied parfois mais l'on s'y habitue à la longue.

- Maxime :

Je ne ressens aucun problème pour m'acclimater à ce changement de rythme.

- Malika :

Je trouve le rythme de l'alternance très bien, ma scolarité se passe bien, être en entreprise est un plus. On apprend à utiliser des appareils de mesures , on travaille en équipe et c'est génial.

Quelle est votre poursuite de parcours professionnel envisagée, après obtention du Diplôme Universitaire de Technologie Mesures Physiques ?

- Adrien :

Je compte entrer dans la vie active et travailler dans un service de métrologie. Si possible là où je fais mon alternance.

- Marc :

Je souhaite m'insérer dans le monde du travail.

- Kévin :

Je souhaite m'insérer dans la vie active.

- William :

Je compte rester à la Laiterie de Montaigu à la fin de mon apprentissage.

- Luc :

Formation d'ingénieur généraliste au CESI d'Angoulême.

- Mathias :

Je compte entrer dans une école Audiovisuel en parcours normal.

- Emmanuel :

Je compte poursuivre dans une formation d'ingénieur en mécatronique/robotique par apprentissage au sein de l'école d'ingénieur HEI Campus Centre, à Châteauroux. J'y suis admissible et en recherche d'une entreprise pour établir un contrat d'apprentissage.

- Maxime :

Prépa ATS puis formation d'ingénieur, mais qui ne sera surement pas une formation par apprentissage.

- Malika :

Formation d'ingénieur CNAM génie des matériaux pour l'emballage à Angoulême.

2014-2015_petit

La troisième année de formation par apprentissage à l’IUT Mesures Physiques de Châtellerault s’est déroulée avec 7 Apprentis :
Charly ; Jonathan ; Yann ; Damien ; Corentin ; Théo ; Léa.

Ils ont répondu aux questions suivantes :
Quelle est l’entreprise qui vous a accueillis pour votre alternance et quelle est sa localisation ?

- Charly :

Je suis apprenti chez Leach International à Niort, filiale d'Esterline. Mon entreprise est spécialisée dans les systèmes de distribution de puissance électrique dans le secteur de l'aéronautique.

- Jonathan :

Au cours de cette année 2015-2016, j'ai été engagé comme technicien au sein du groupe Trescal, dans l'usine située à Vendôme (41)

- Yann :

J'ai été embauché dans une entreprise de production de ciments, Ciments Calcia au service maintenance électrique. L'usine est située à Airvault (79600).

- Damien :

J'ai effectué cette année d'apprentissage chez Zodiac Aero Electric, branche de Zodiac Aerospace, à Niort. Zodiac Aero Electric est spécialisée dans les systèmes de distribution de puissance électrique comme les contacteurs ou les relais.

- Corentin :

Je suis apprenti au CEA-CESTA, au Barp (33), qui est responsable de l'architecture industrielle des têtes nucléaires pour le programme de dissuasion.

- Théo :

Je suis apprenti chez Univercell, une usine située à Cestas (33) fabriquant de la ouate de cellulose, un isolant thermique.

- Léa :

Je suis apprentie à Magneti Marelli Châtellerault. Magneti Marelli est un groupe international spécialisé dans la conception et la production de systèmes et composants pour l'industrie automobile. L'usine de Châtellerault produit des systèmes électroniques de voiture.

Quelle est votre mission et quelles sont vos responsabilités dans l’entreprise ?

- Charly :

Je fais partie du département qualité, je travaille aujourd'hui dans deux division de ce département, le service métrologie et le laboratoire d'essai. En métrologie je suis en charge de la vérification du parc d'appareil de mesure de l'entreprise. Au laboratoire d'essais je réalise des essais de vibration, mécanique, électrique, thermique… à la demande du bureau d'étude de l'entreprise.

- Jonathan :

En tant que technicien d'essai en métrologie, je suis chargé de la vérification et de l'ajustage de différents outils envoyés par nos clients. Le travail principal que j'aurais effectué cette année consiste plus en la vérification de différents outils dynamométriques. Mis-à-part, ma mission cette année a été de rédiger la procédure de montage d'un nouveau banc d'essai de mesure de couple, d'en déterminer les incertitudes et de mettre en place une inter-comparaison avec le laboratoire du LNE.

- Yann :

J'ai fait partie de l'équipe de maintenance électrique de l'usine en tant que technicien. A ce poste, je devais dépanner chaque installation défaillante. J'avais aussi un projet à mener à bien tout au long de l'année : créer un système de détection à l'aide de capteur afin d'améliorer le process.

- Damien :

Étant apprenti au sein du service métrologie de l'entreprise, je m'occupe d'étalonner, d'ajuster et de vérifier les instruments de mesures utilisés sur le site. Mon projet principal est d'écrire une procédure de vérification des oscilloscopes et de l'automatiser afin d'économiser du temps.

- Corentin :

Je suis chargé de l'optimisation et de la mise à niveau d'un laboratoire de métrologie. Cela consiste à rédiger/mettre à jour les procédures d'étalonnage et de vérification d'instruments de mesure, ainsi qu'à qualifier métrologiquement un banc de mesure récemment installé.

- Théo :

Je fais partie du service Recherche et Développement où mon rôle est de tester des produits ignifugeants en raison d'un changement devant être fait à ce niveau. hotelier fauché en Bretagne faute de beau temps

- Léa :

Je fais partie du service métrologie de l'usine de production. Mon activité principale est la réalisation de mesures, avec les différents appareils du laboratoire, pour répondre aux demandes de métrologie envoyées par les autres services. Ces demandes concernent principalement des contrôles de produits suivant les plans. Je m'occupe aussi du suivi mensuel des équipements, suivi consistant à vérifier que les résultats donnés par les appareils de mesure ne dérivent pas.

Comment se déroule votre scolarité par rapport au Semestre 2 en formation initiale ?

- Charly :

Il est parfois difficile de passer de l'entreprise aux cours, le rythme scolaire étant plus soutenu mais l'expérience que l'on acquiert en entreprise me parait vitale.

- Jonathan :

Le travail s'avère beaucoup plus soutenu du point de vue des horaires et du travail car l'année se trouve être condensée par rapport aux FI (Formation Initiale). Cependant, l'expérience et les connaissances apportées compensent largement cette difficulté, cela apporte un nouveau regard à la fois sur le travail en entreprise mais aussi sur les cours.

- Yann :

Il y a inévitablement un surplus de travail comparé aux Formations initiales. Le décalage entre le travail en entreprise et les cours n'aide pas à se plonger dans le travail régulier. Cependant, cette marche est surmontable et l'expérience que l'on obtient en entreprise vaut largement le coup.

- Damien :

Le rythme de l'alternance est assez difficile à soutenir, de plus le semestre 3, commencé en début d'année, se fini en mai pour les apprentis. Il faut donc fournir plus de travail que les Formations Initiales, pour se maintenir au niveau.

- Corentin :

Le rythme entreprise/IUT est parfois déconcertant. Le semestre 3 est le plus difficile mais j'arrive à garder un niveau correct.

- Théo :

Lors des périodes à l'IUT, le rythme ne change pas énormément. Le plus dur vient lorsque l'on revient à l'IUT après un mois en entreprise et que l'on doit se replonger dans les cours.

- Léa :

La première fois que l'on retourne en cours après 5 semaines en entreprise, il est un peu difficile de reprendre. Cependant, après quelques jours et en travaillant pendant les périodes en entreprise, les cours se déroulent sans problèmes.

Quelle est votre poursuite de parcours professionnel envisagée, après obtention du Diplôme Universitaire de Technologie Mesures Physiques ?

- Charly :

Je compte poursuivre en licence professionnelle qualité sécurité environnement ou si l'opportunité se présente rentrer dans le monde du travail.

- Jonathan :

Je compte effectuer une réorientation vers une autre filière qui me tient à cœur et que j'envisageais depuis longtemps.

- Yann :

Je compte continuer mes études et poursuivre en école d'ingénieur par apprentissage

- Damien :

Rentrer dans le monde du travail.

- Corentin :

Je compte me lancer directement dans le monde du travail.

- Théo :

Je compte continuer mes études et partir en école d'ingénieur par la voie de l'apprentissage.

- Léa :

Je vais me lancer dans la vie active.

Recherche

Menu principal

Haut de page