Les projets tutorés

Une première confrontation aux contraintes du réel

Le projet tutoré participe à la dimension professionnalisante du diplôme. Les étudiants travaillent en groupe et doivent respecter un cahier des charges réel intégrant des contraintes de délais et de qualité.

Dans l’emploi du temps, des semaines sont dédiées à la réalisation du projet tutoré. Ces périodes permettent notamment aux enseignants de veiller à l’efficacité du travail en équipe et si besoin, d’orienter les étudiants vers une solution technique satisfaisante pour le donneur d’ordres. Une restitution finale écrite et orale des travaux effectués constitue un bon entraînement pour les productions à réaliser au cours du stage.

Quelques exemples de projets tutorés

Projet en partenariat avec la CCI de Rochefort-Saintonge : « une expérience enrichissante »

« Dans le cadre de nos enseignements de deuxième année, nous avons été amenés à collaborer sur un Projet d’Informatique Décisionnelle avec la Chambre de Commerce et de l’Industrie (CCI) de Rochefort-Saintonge.

M Terny et Mme Fleurant de la CCI Rochefort-Saintonge et les étudiants ayant travaillé sur le projet

Les CCI sont des organismes essentiels au bon déroulement de la vie économique territoriale. Elles ont pour but de représenter et d’accompagner les entreprises du territoire sur lequel elles opèrent. Elles sont chargées de diffuser des informations utiles aux entreprises et de les mettre en relation entre elles. Elles offrent également des services de formations.
La CCI de Rochefort-Saintonge dispose de nombreuses données, notamment recueillies lors de leurs prestations payantes, qui n’étaient malheureusement pas suffisamment exploitées. Nous étions en charge de trouver un système permettant de relier les informations issues de leur système de Gestion de la Relation Client, et de leur service Comptabilité, afin de pouvoir automatiser la production de tableaux de bord faisant l’état des lieux de l’activité de la CCI. Avec l’augmentation de l’offre de services payants, de conseils et d’accompagnement pour les entreprises, les Chambres de Commerce subissent une très forte compétition et ont besoin d’un tel système afin de pouvoir cibler au mieux leurs actions futures.
Pour nous, l’enjeu était de taille. Il nous a fallu mobiliser l’ensemble de nos connaissances techniques et les exploiter au mieux afin de proposer une solution pertinente et durable au problème posé. A l’issu du projet, nous avons pu exposer notre travail au donneur d’ordre, et proposer quelques pistes pour résoudre le problème.
Cette expérience a été extrêmement enrichissante, autant sur l’aspect technique que pour sa dimension professionnelle. »

Marouane IL IDRISSI, étudiant de 2ème année – 2016

Être nez à Benet

Tous ceux qui ont effectué le trajet Niort – Nantes, par la nationale, ont à un moment donné été gênés par une odeur désagréable émanant de l’usine d’équarrissage installée sur la commune de Benet.

Mélanie, Pierre, Sacha, Alexandre et Laure

Mélanie, Pierre, Sacha, Alexandre et Laure

Pour convaincre l’industriel d’équiper son usine de dispositifs modérant les nuisances olfactives, l’association Benet Air Pur a créé en 2001 un observatoire des odeurs. Des riverains, bénévoles, notent plusieurs fois par jour sur une feuille « papier » l’odeur qu’ils ressentent. Ces données sont ensuite saisies sous Excel pour une analyse statistique. Les rapports d’étude issus de ces travaux alimentent les débats sur la qualité de vie et l’impact de l’industrie sur l’environnement.

La collecte des observations étant très contraignante, le président de l’association, M. Pellerin, a sollicité le département STID afin de développer des outils plus modernes de saisie. Grâce au travail de Mélanie, Alexandre, Sacha, Pierre et Laure, les riverains qui le souhaitent vont pouvoir saisir les caractéristiques de l’odeur ressentie depuis un poste informatique ou un smartphone. Une automatisation des traitements statistiques est aussi prévue afin de donner plus de réactivité aux membres de l’association lorsqu’une augmentation des nuisances a lieu.

Collecte de données sur la collecte des déchets : poubelle la vie !

Quentin, Charlotte, Mélanie, Matthieu, Sara, Alexia, Jimmy, Mathilde, Arthur, Jérémy

Conformément aux recommandations de l’agenda 21 (programme d’actions pour le 21ème siècle dans le domaine du développement durable), Niort a lancé des nombreuses initiatives, parmi lesquelles la réduction des déchets dans les 22 restaurants scolaires de la ville.

Présentation du projet lors du colloque Zero Waste

Présentation du projet lors du colloque Zero Waste

Actuellement, chaque responsable de cantine consigne sur un fichier Excel la quantité hebdomadaire de déchets produits et le transmet en fin de mois au service de la mairie pour une analyse statistique. Au bout d’une année, c’est donc près de 200 fichiers qu’il faut manipuler pour calculer le poids moyen annuel de déchets produit par une cantine ou bien visualiser l’évolution des déchets au cours de l’année. Cette organisation de la collecte des données est aujourd’hui trop gourmande en temps et présente un fort risque d’erreurs. Le projet « poubellelavie » est né de ce constat et vise à mettre en place un processus de collecte plus efficace.

La solution choisie est de recourir à une base de données unique (en remplacement des centaines de fichiers Excel) capable de mémoriser les données de tous les restaurant.s Par cette centralisation de l’information, la production de statistiques sera évidemment bien plus aisée. Les étudiants doivent concevoir un outil Web permettant à chaque responsable de cantine de saisir chaque semaine la production de déchets de son restaurant. Ils doivent également construire des programmes qui permettront de transférer les données excel dans la base centrale. Un menu bien rempli …

36-79 CAN : un annuaire des SSII du territoire Niortais

Alexandre, Florian, Valentin, Ludivine et Célia

Du point de vue économique, la ville de Niort évoque spontanément le domaine des assurances. En accueillant dans sa périphérie les 3 grandes mutuelles que sont la Maif, la Macif et la Maaf (les 3 « M »), ce chef lieu d’un département plutôt rural s’impose comme la capitale française des mutuelles et dispose de la plus forte densité de France d’emplois supérieur dans le domaine de la bancassurance (source express).

L’activité de ces grands comptes repose sur l’utilisation d’outils informatiques dont la complexité d’architecture requiert de multiples compétences en réseaux, développement, bases de données, etc. Au fil des ans, pour répondre à ces demandes, des SSII (Sociétés de Services et d’Ingénierie en Informatique) se sont installées sur le territoire niortais et continuent à s’y développer. En 2012, une enquête de CAN a permis de dénombrer sur Niort et sa périphérie plus d’une centaine de sociétés ayant une activité en lien avec la filière du numérique.

Le projet tutoré Anumeric a pour objet de créer un annuaire des entreprises de la région niortaise spécialisées dans le numérique. Les abonnés de l’annuaire pourront d’une part faire des recherches multi-critères sur les entreprises du numérique (trouver toutes les SSII qui sont spécialisées en développement Web et qui ont plus de 10 salariés) et d’autre part avoir une vision globale et visuelle de l’économie numérique niortaises.

Ce projet mobilise des compétences informatiques et dans une moindre moindre mesure de statistique. L’environnement de travail est basé sur les technologies Web Ajax ainsi que sur le logiciel de conception de tableau de bord : Tableau Software.

Recherche

Menu principal

Haut de page